Ce matin les deux premières choses que j’ai faites sont un café (un aperçu de ma méthode en vidéo ici) et regarder une conférence en ligne intitulée « Crush the composition » que je traduirais par « Bousculer les règles de la composition photo« . Cette vidéo d’une heure, présentée par Scott Kelby propose quelques règles simples qui vont au-delà des règles classiques de la composition photo que l’on retrouve dans pratiquement tous les ouvrages (des plus anciens aux plus récents) dédiés à ce sujet.

Dans cet article je vais tout simplement retracé le contenu de cette vidéo (uniquement disponible anglais), en commençant par un passage en revue rapide des principales règles de bases, puis une liste de règles supplémentaires que Scott Kelby recommande de suivre pour aboutir à une photo finale bien composée. Je conseille toutefois de s’informer plus en détail sur les règles de bases dans un premier temps pour les débutants.

1. Les règles de base de la composition photo en 5 minutes

La règles des tiers consiste à tracer 4 lignes imaginaires (2 verticales, 2 lignes horizontales, comme montré sur les exemple ci-dessous) également appelées lignes de force, dans le cadre de la photo et placer le sujet de la photo ou des points d’intérêt de la photo aux intersections de ces lignes (ex : portrait) ou au niveau des lignes (ex : alignement sur les lignes horizontales pour un paysage). Cliquez sur les images pour agrandir.

Remplir la photo, permet de se concentrer uniquement sur le sujet et laisser peu de place à ce qui n’a pas lieu d’être au sein de la composition, comme du vide par exemple.

Les lignes directrices permettent de guider l’oeil vers le sujet de la photos ou de guider le regard dans la lecture de la photo.

La répétition de motifs au sein d’une même composition permet de créer des photos intéressantes. Il peut également être intéressant de créer une interruption dans les motifs.

Placer un cadre dans le cadre permet de donner de l’importance au sujet, d’attirer le regard vers le sujet.

Ce sont quelques bases élémentaires qui doivent bien entendu être approfondies.

 

2. Les règles supplémentaires

Les quelques règles qui vont suivre sont simples à mettre en pratique et peuvent contribuer à améliorer le travail de composition, au-delà des règles de bases.

Travailler la scène. Lorsque l’on passe devant une scène et que l’on ressent le besoin de la photographier, c’est certainement qu’il s’y trouve quelque chose d’intéressant. Pourtant, le fait de prendre la scène en photo n’en fait pas forcément une photo intéressante du premier coup. L’idée derrière le fait de travailler la scène est de ne pas se contenter de la première prise mais de ne pas hésiter à passer du temps à faire d’autres tests : varier les plans (serrés, larges), varier les points de vue (de face, de côté, de derrière…), varier la hauteur (de haut, d’en bas), varier les angles (droit, faire pivoter la caméra de quelques degrés…), varier la profondeur de champ, la netteté, etc. Il s’agit de travailler la scène jusqu’à captiver dans la composition l’esprit de la scène qui nous a donné envie de la photographier initialement.

Travailler les paramètres. La bonne composition d’une photo ne tient pas seulement à son bon cadrage mais également à la bonne exposition, la bonne ouverture, la bonne balance des blancs, la bonne vitesse d’exposition, etc. Il ne s’agit pas ici de définir les paramètres parfaits d’un point de vue théorique, mais de trouver les paramètres qui correspondent à l’émotion que l’on souhaite transmettre d’un point de vue artistique. Mieux vaut une photo surexposée mais intéressante qu’une photo techniquement parfaite mais sans intérêt.

Travailler la netteté. Après avoir tourné autour de la scène pour trouver enfin le bon angle et les bons paramètres, il peut être temps d’installer enfin le trépied si cela s’avère nécessaire, et de prendre la bonne photo. Le trépied contribuera à une meilleure netteté en évitant les micro tremblements lorsque l’appareil est tenu à la main.

Eliminer les éléments distrayants. Cela peut paraître élémentaire mais il s’agit surtout d’apprendre à les voir. Parfois obnubilé par le sujet principal, on en oublie de regarder les détails alentours qui s’insèrent discrètement dans le cadre de la composition. Un poteau électrique, une voiture au loin, une jambe, une épaule, peu importe l’élément, si celui-ci n’est pas intéressant pour la photo, il faut l’éliminer du cadre : se repositionner, changer d’angle, ou faire bouger son sujet si cela est possible, resserrer le cadre… peu importe, du moment que les éléments distrayants disparaissent de la composition.

Etre un bon éditeur. C’est peut être l’une des recommandation qui me semble la plus importantes. Etre perçu comme un bon photographe est généralement dû au fait de présenter de bonnes photos, et uniquement de bonnes photos. Or, ne nous le cachons pas, nous prenons tous plusieurs mauvaises photos pour en avoir une bonne. Il s’agit ici de savoir sélectionner la photo à présenter sur son site ou dans un book, un album. Rien ne sert d’en publier beaucoup, il suffit d’en publier quelques bonnes. Ceux qui prennent le temps de regarder nos photos ne sont pas intéressés de voir 5 fois la même scène avec quelques différences d’angle. Savoir choisir la meilleure parmi les 5 est essentiel.

Et enfin, ne pas oublier que la plupart du temps, la simplicité fait la photo.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à me laisser un commentaire. Rendez-vous sur la page des liens utiles qui vous guidera vers d’autres sites proposant des tutoriels complets sur la photographie.